VOLER EN troisième NIVEAU

Voler en troisième niveau

Editions JPO-JEAN-PIERRE OTELLI

En 2020

29, rue Jules Guesdes
92300 Levallois-Perret France

Tel. 01 85 08 75 92

http://www.editions-jpo.com/fr/

Pourquoi Voler en troisième niveau ?

Jamais dans l’histoire de l’aviation commerciale, la pénurie de personnels navigants techniques n’a été aussi forte. Les experts estiment que, pour les 10 années
à venir, il faudra 600 000 pilotes supplémentaires sur l’ensemble de la planète !
C’est donc la révolution dans les centres de formation…
Les constructeurs sont parfaitement conscients de ce problème. Il est à l’origine d’un changement de stratégie inédit de leur part : ils proposent de vendre leurs avions avec des pilotes déjà opérationnels. C’est ainsi que des écoles de pilotes de ligne sont créées à côté des usines.
Comme il est hors de question de modifier la notion d’excellence en la matière, les nouveaux candidats doivent avoir conscience des difficultés et de la réalité du travail en équipage dans le transport de passagers.
Comme toujours, nombreux seront ceux qui prendront la voie autodidacte. Elle est la plus répandue et sans doute la plus compliquée et c’est l’objectif de cet ouvrage que de mettre en lumière les difficultés qui attendent les nouveaux venus.
Il a été réalisé par un pilote professionnel expérimenté afin que l’engouement ne dissimule pas les difficultés. Devenir pilote de ligne requiert des compétences exceptionnelles, beaucoup de travail et une véritable volonté de réussite…

Michel Kossa

Date de parution: 20/01/2020

 

 

ERRATUM du 7 juin 2020

Une saloperie de covid-19 vient de s’abattre sur notre planète et tout particulièrement sur le monde des avions. La presque totalité de la flotte aérienne mondiale est subitement clouée au sol. Outre les conséquences désastreuses pour la filière aéronautique, (compagnies aériennes, constructeurs, réparateurs, sous-traitants, aéroports, aéro-clubs, entreprises de travail aérien etc…etc…) la mise à pied forcée du personnel technique (pilotes) va devenir précaire surtout en regard du maintien de validation des licences et des prorogations des qualifications associées.

Il y a toujours eu des fluctuations à l’embauche où il fallait être prêt, au top des qualifs le jour J ! Il en sera de même pour cette nouvelle et inédite fluctuation… Le. marché de l’offre va s’effondrer. Des licenciements sont à craindre. La liste des postulants à un hypothétique emploi sera longue. On est subitement très loin des perspectives d’embauche énoncées dans le livre (600 000 pilotes dans les 10 ans à venir !)

Cependant, l’expérience des décennies passées nous démontre clairement ceci : « il y a toujours une embellie après le mauvais temps ».

Pour celui qui est subitement au chômage tout comme pour celui en cours de formation dans une école agrée, il est absolument vital, en ces temps de creux de
s’arque bouter sur encore plus de formation. Il faut étoffer le curriculum vitae crucial… afin de répondre aux critères des futures embauches à venir.

A bon entendeur…Conseils des anciens !